aller à la navigation

Tales of Symphonia [GC] septembre 7 2012

Infos : , rétrolien


En 2012, j’ai eu un peu de mal

Ce Tales of semble très apprécié des joueurs, aussi, mon avis va certainement trancher un brin avec les autres et je sens que je vais me prendre des tomates pas fraîches dans la tête… Pourtant, c’est un Tales of et je l’ai bien aimé quand même.


Mon erreur a probablement été de vouloir trop faire de Tales of d’affilé (deux en fait) mais surtout de passer d’un “Tales of” fraîchement sorti à ce “Tales of” plutôt ancien. En effet, mon précédent Tales date d’il y a quelques semaines seulement et propose en plus simplement le meilleur système de combat de la série, bien qu’ayant quelques tares de casting et de scénario, il est difficile de renier le plaisir premier d’un jeu vidéo : le gameplay fun et jouissif. D’autant plus que Tales of Graces f est loin d’être moche…

Je me suis (re)mis sur Tales of Symphonia que j’avais pratiquement oublié dans ma collection pensant me lancer dans un énorme épisode de la série. J’ai finalement vite déchanté, le rythme est assez lent, la version française du titre n’a que trop peu de doublages (anglais) et surtout, les skits ne sont pas doublés (je suppose qu’ils le sont dans la version original japonaise). Ajouter à cela un gameplay bien moins nerveux et bien plus simpliste que Graces f et vous comprendrez pourquoi j’y suis allé à reculons. Je n’étais pas non plus aidé par les graphismes datés mais cela ne constitue pas une vraie gêne à mon sens.

Le contexte mis en place, intéressons nous en détail au jeu tel que je l’ai perçu en 2012. Sur ma télé HD, le jeu était étonnement pas trop moche, preuve des qualités graphiques du jeu à l’époque. La bande son ne m’a cependant pas particulièrement marqué, j’ai même été passablement énervé à chaque skits, l’absence de doublages était particulièrement frustrante (à tel point que j’en viendrais plutôt à vous recommander d’y jouer en US version UNDUB, si vous voyez ce que je veux dire…). La maniabilité est parfaite, cependant, il faut garder à l’esprit que le jeu est lent (probablement du au fameux 50hz ‘optimisé’ de la console), difficile de faire des fausses manips.

Le système de combat est relativement basique, un bouton de garde, on avance/recule vers l’adversaire, une possibilité de saut “esquive” vers l’arrière (et généralement on se fait punir quand on essaie) et un système de lock de cible pour justifier la 3D (on reste malgré tout sur un système de combat par plans). Quelques subtilités s’ajouteront avec le temps de jeu comme les attaques Union (dont je ne me suis pas servit tellement le tutoriel est mauvais) ou l’utilisation des gemmes, qui ont des effets passif, très faciles à oublier donc, surtout une fois qu’on a trouvé le moyen d’être insensible aux altérations d’états).

Reste que l’ensemble est assez plaisant par la diversité des skills proposés, des personnages et de leurs façons de fonctionner assez distincts les un des autres (un classique dans les Tales of). On se prendra donc facilement au jeu du combo et de la commande manuel, on essaiera plusieurs personnages pour se caler sur l’équipe qui nous plaît et le personnage que l’on aime jouer. Bien entendu, le soigneur du groupe sera “auto-include” pendant toute l’aventure. Surtout contre les boss qui auront quand même régulièrement une quantité de point de vie à la limite du troll caractérisé (mais aucun n’est insurmontable).

Le scénario par contre n’a pas été particulièrement intéressant sur le long terme. Si le pitch du départ était très prometteur avec de l’esclavagisme, de la ségrégation et l’énorme tolérance du héros en complète opposition avec le monde dans lequel il vit. Non seulement l’ensemble s’essouffle assez vite mais surtout, il part ensuite dans une simple histoire de grand méchant fou qu’il faut abattre, assez décevant, comme si sa fin allait reconstruire le monde et faire disparaître de l’inconscient collectif des centenaires d’oppression et d’injustices. Bref, trop facile et pas assez fouillé à mon goût. De plus, le tout est agrémenté de quelques incohérences, pas forcément très dérangeantes mais néanmoins présentes.

Le jeu se laisse suivre sans trop de difficultés et s’ennuyer n’est pas une chose facile du fait du système de combat. Les personnages pour leur part son assez attachants et reste correctement dans leur rôle tout au long du jeu. Je déplore quand même, encore une fois, l’absence de doublages des skits dans la version européenne, cela nuit à l’immersion.

En conclusion, je dirais que ce Tales est un bon RPG, clairement, mais qu’il est loin d’atteindre l’excellence que je lui espérais. Certainement que le mode 50 Hz et l’absence de doublage des skits lui font beaucoup de tort à mes yeux. Mais en l’état actuel, il n’est pas à la hauteur des derniers épisodes de la licence sortis. Ce qui est bonne chose, cela veut bien dire que la série évolue et s’améliore ! J’ai apprécié le faire mais je l’ai plutôt rushé vers la fin, désireux de passer à autre chose.

J’ai maintenant commencé Tales of the Abyss sur ma toute nouvelle 3DS et le jeu s’annonce prometteur, on verra bien !


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?