aller à la navigation

Asura’s Wrath [PS3] mars 15 2012

Infos : , rétrolien

Asura’s Wrath, aussi appelé Achouazouaf pour les intîmes (voir “ha j’ai soif” pour d’autres) est un petit jeu fait par les gars de CyberConnect2. Un studio bien connu pour avoir pas mal taffé sur les .Hack et autres Tail Concerto / Solatorobo. Bon, ok, ils sont aussi connus pour leurs jeux Naruto…

Asura’s Wrath est un Beat-them-all. Du moins, c’est ce qu’il était censé être à l’origine.


Budweiser, quand tu nous tiens

Asura est en colère, tout le temps, sa colère est sans limite et sans fin. Qu’elle soit justifiée ou pas, elle représente la source de sa force. BWASAAAA est, en quelque sorte, son expression favorite au cours du jeu. En effet, à chaque fois que vous manipulerez Asura (ce qui ne sera pas si fréquent que ça) il répètera sans cesse cette onomatopée :)

Interpellé par ce cris lors de mes premiers instants de jeu, cela a vite fini en running gag au foyer. Mais c’était pas méchant, on a adoré. Asura est bien bourrin et ce cris si significatif lui va bien !


Shonen Fight - Hajime !

En 2010, c’était FFXIII, et en 2011, je n’en ai pas trouvé. Mais pour 2012, le voila ! Le Shonen de l’année ! Profitant d’une baisse de rythme chez Squix dans la Shonen-Attitude (CF FFXIII-2), CyberConnect2, sans doute enthousiasmé par tous ces Naruto produits, s’engouffre dans la faille et propose au joueur leur propre vision du Shonen. Que dis-je, l’évolution du Shonen. L’avenir de la série animée : la série animée interactive !

Asura’s Wrath est un jeu découpé en épisodes, eux même découpés en 2 par un Eye-Catch dans la plus pure tradition de l’anime Japonais. On aurait pas été surpris si une pub avait surgit à l’écran (pour de la Bud, forcément). Et à la fin de chaque épisode (les Sūtra), vous aurez droit à la préview du Sutra suivant, énorme ! Bref, tout dans ce jeu fait référence au séries animées Japonaises actuelles. Pas étonnant vu le travail accompli par la boite sur la licence Naruto, l’inspiration n’a pas été cherchée très loin par le studio :)

De ce fait, il est indéniable que ce jeu aurait tout à fait tenu la route dans une série animée (on va dire de 12-13 épisodes, à voir avec le prochain chapitre en DLC) tant le feeling est là. Et je peux vous dire que c’est plutôt du bon Shonen d’ailleurs, tout y est ! Avec ce jeu, j’ai revécu des moments de Scryed et de Project Arms, ce qui m’a énormément touché, que c’était bon !

Défouloir épique

Concentré des codes des Shonen les plus pure (Dragon Ball Z, Naruto, etc…) il est aussi tout à fait naturel que le jeu vous plonge dans un état second de rage et de colère. Accompagnant Asura avec vos tripes. Vous allez rager avec lui et hurler devant votre télé en balançant des grosses patates virtuelles dans la tronche de tous ces affreux salauds de méchants qui font le mal. Proprement épique, les combats titanesques d’Asura’s Wrath ont tout pour marquer votre mémoire et venir s’imposer comme une sorte de référence de mise en scène. Le titre devenant une sorte d’exergue des sentiments les plus violents.

Cependant, tout n’est pas rose avec ce jeu, c’est même, malgré tout le bien que je pense du titre, plutôt un mauvais “jeux”. Soyons clair, j’ai adoré, cependant, je n’y ai pas vraiment joué, et c’est là que le jeu pêche vraiment à mon sens.

Deux boutons et demi…

Asura’s Wrath partage son gameplay en trois phases distincts. Les QTE, les phases de shoot et les phases de BTA. Les QTE n’ont que peu d’importance, les rater ou les réussir ne changent que votre scoring final pour l’épisode en cours (à noter que par un habile stratagème du système, certaines phases de QTE doivent être recommencées jusqu’à leur réussite) tandis que les deux autres phases (BTA et Shoot) n’ont pour but que de vous faire remplir la jauge de RAGE d’Asura afin de déclencher un QTE permettant de finir la scène en cours.

Pénalités ? Aucune, c’est un jeu où vous ne pouvez pas perdre. On aurait presque l’impression que l’histoire d’Asura évoluera avec ou sans votre participation. Et ça, quelque part, ça me dérange un peu dans un jeu. Car un coffret DVD de la même chose en anime sous-titré en français aurait probablement coûté moins cher à l’achat, non ? (oui, je sais, on me l’a offert, mais peu importe)

Mythologie hindoue et science-fiction mélangés

Le pitch est simple, Asura le rageux a pour mission, avec ces potes les demi-dieux, d’éradiquer de la surface de la terre les impures Gohmas. Les Gohmas sont l’incarnation de la volonté de la planète, sorte d’entités vengeurs cherchant à punir les demi-dieux et les humains pour leur influence néfaste sur la planète. De ce fait, ils reviennent toujours et sont toujours plus puissant. Ce qui inquiète sévèrement nos demi-dieux. Cependant, les Gohmas ne seront pas les seuls ennemis d’Asura. En effet, sur un coup de tête, ses potes demi-dieux vont tuer sa femme violer kidnapper sa fille et tenter de le faire disparaître…

Mélange intéressant de SF et de la mythologie hindoue, j’ai été intéressé par l’histoire de fond présenté par le titre. Loin d’être aussi manichéenne que l’on pourrait le croire, les motivations des protagonistes sont évidentes et justifiées. Même si parfois un peu exagérées, on reste complètement dans l’esprit Shonen sur ce point, donc parfaitement dans le ton. Cependant, j’ai trouvé que le jeu n’était pas complètement au top techniquement (fait sur PS3), un peu déçu sur ce point après l’expérience FFXIII. Mais que voulez-vous, à l’instar des séries animées, le budget n’est pas toujours au rendez-vous ! Et puis cela passe très bien quand même.

Ceci dit, et attention, mini-spoil, tout comme FFXIII-2, la fin est un “à suivre” et manque d’une réelle conclusion (la vraie fin étant particulièrement révélatrice sur ce point). Donc, on retombe un peu dans la polémique déjà lancée par FFXIII-2 et d’autres d’ailleurs. Est-il normal de vendre des jeux non-finis ? Quelque part, cela m’ennuie. Mais en même temps, je suis impatient de rempiler pour quelques cris de rage supplémentaire !

Poing final

Globalement, Asura’s Wrath n’est pas vraiment difficile, sa difficulté étant plus basé sur la recherche du scoring que la progression du jeu en lui-même. La vraie fin (à débloquer) s’obtient d’ailleurs assez facilement (avec un peu de skill ou simplement de persévérance). De ce fait, la replay-value me paraît assez faible. Mais ce n’est valable que pour moi, un fou furieux des succès et des 100% aura quand même largement de quoi s’éclater avec ce titre (le côté scoring, ça aide).

Malgré son “raté” en tant que “jeu”, Asura’s Wrath est pour moi une excellente expérience, jouissif au possible. A telle point que, moi qui ne bois pas d’alcool d’habitude, j’ai presque eu envie d’une Bud en jouant :) Faites-vous plaisir, achetez ce jeu. Mais si vous n’êtes pas convaincu, faites la démo, elle est gratuite et complètement représentative du titre :)

Asura’s Wrath est donc :
- une pub perpétuelle pour Bud
- un anime qui aurait facilement tenu une petite saison
- un putain de défouloir de sa race
- épique, sérieusement épique
- une très bonne expérience
Mais pas vraiment un jeu…
Et, dans le fond, on s’en fout, BWASAAAAAAAA !
J’en veux plus des comme ça, mais pas de Shojo, pitié !
Et vive les poings dans la face !


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?