aller à la navigation

Final Fantasy XIII-2 - (PS3) mars 13 2012

Infos : , rétrolien

Retour vers le futur

Le pitch du jeu est surprenant, on reprend pile là ou FF13 s’arrête, nos copains sont heureux de se retrouver ensemble sur Pulse après avoir sauvé cocoon. Et puis pouf, Lightning disparait et personne ne tilt. Pour le monde elle a disparu dans le cristal avec Fang et Vanille, normal quoi. Mais le joueur sait qu’elle est censée s’en être sortie. Et apparemment Serah s’en souvient aussi. Du coup, tout le monde la prend pour une folle. Tout le monde l’irréductible Snow, toujours prêt à faire confiance à n’importe qui lui demandant de le faire avec une petite larme dans l’œil. Bref, pour faire plaisir à sa femme, il part à la recherche de Lightning. Serah est seul depuis quelques années quand une météorite atterrit à proximité de son village, coïncident avec l’apparition de monstre et d’un jeune en short.

Le début du jeu est très abrupt et j’avoue avoir eu un peu de mal avec. Voir Lightning en Valkyrie affronter le nouveau maître de la Soul Edge qui nous la joue à la Sephiroth (Météore dans ta face!) ça m’a fait bizarre et ne m’a pas mis en confiance. J’ai aussi trouvé Noël super louche au milieu des autres personnages. Caius a la Soul Edge pour expliquer sa puissance, Lightning et Serah sont… allez, on va dire “élues”, Snow triche comme d’habitude en mode Shonen… Mais pour Noël ? Comment fait-il pour être si fort alors même qu’il sort de nulle part ? Son short de plage est magique ? Ok, on aura une réponse, mais bon, je n’ai pas été convaincu par le personnage. Comme dans FF13, le joueur est laissé seul devant ses interrogations et un monde vaste et inconnu, sans explications… Au début, elles viendront au compte goutte.

Si vous n’avez pas fait FF13, ce n’est pas trop grave. Ces jeux n’ont juste pas grand chose à voir en terme d’histoire et de personnages. Les deux protagonistes de ce jeu ne sont absolument pas jouables dans le précédent. Ok, Serah existe dans FF13, mais très légèrement. Tout comme la présence de Lightning dans FF13-2 se fait très légère aussi (alors même que c’est certainement elle la véritable héroïne du titre). Il faut s’y faire, le 13-2 raconte une tout autre histoire qui se déroule après, point. Sinon, le jeu n’est pas compliqué et ne perdra personne. D’autant plus que si vous n’avez pas fait le précédent, vous pourrez lire un résumé du 13 dans le menu du 13-2 (haaaa, si j’avais su !), ce qui vous permettra de lever quelques questions. Surtout que, comme je l’ai écris plus haut, les histoires des deux jeux ne sont que très peu liées.

Serah, Noël et Snow sont sur un bateau

Alors que FF13 prônait la Shonen-attitude, ce FF13-2 en est un peu à l’opposé dans mon ressenti (et pourtant, clairement, il essai de miser sur la même veine). Caius et Yeul m’ont saoulés avec leurs répliques du “on sait mais on ne va rien dire” et leurs réponses par énigmes. C’était juste trop facile, trop convenu, trop “déjà vu”, trop commun. J’avais adoré Snow dans le 13 car c’était juste le héros de Shonen ultime et assumé. Noël est loin de s’assumer et Serah est juste trop effacée. Non, un vrai couple de héros de shonen c’est Paï et Yakumo dans 3×3 Eyes. Des personnages qui feront des conneries à fond et en assumeront les conséquences, des personnages qui ont du caractère, et surtout qui évolueront au cours de l’histoire. Ici, je n’ai pas vu Noël ou Serah évoluer ni même assumer leurs erreurs, ils expliquent tout avec des paradoxes !

Hope au contraire m’a vraiment séduit alors même que je l’avais trouvé insupportable dans le 13. Même Snow m’a parût plus convainquant, prêt à tout pour accomplir le devoir qu’il s’est imposé, un homme résolu et conscient de ce que cela implique. Bref, j’ai été bien plus séduit par les aventures des PNJ que par celles des deux héros. A mon sens, le casting principal est raté et c’est bien dommage. Pourtant, l’univers et les personnages secondaires sont intéressants et m’ont poussé à poursuivre le jeu. Je voulais connaître le dénouement !

Tu le sens mon paradoxe?

Là encore, je suis super mitigé sur le sujet de l’utilisation du paradoxe. Comme écrit plus haut, on vous balance dans un monde inconnu et on vous explique après coup les différentes subtilités au compte goutte. Comment est-il possible pour le joueur de repérer alors un paradoxe dans l’univers? C’est pourtant le cœur du jeu : trouver et résoudre les paradoxes pour corriger la ligne du temps. Heureusement que nos héros (qui semblent alors tout savoir sur des époques qu’ils ne sont pas censés connaître, ou alors ils disposent de facultés de déduction qui feraient pleurer Sherlock) ont la langue bien pendue et expliqueront à chaque fois au joueur quoi faire et pourquoi (le côté couloir du 13 n’a pas complètement disparu). J’ai fait le jeu avec la sensation permanente que quelque chose clochait sévèrement de ce point. Même si j’ai trouvé l’histoire globalement assez cohérente et intéressante, les artifices pour la faire progresser (des “paradoxes” partout) n’étaient pas complètement satisfaisants.

Le jeu est globalement simple et accessible mais plonge le joueur dans un dernier donjon subitement ardu. Quelle est la cohérence, quel est le but ? Surement pour pousser le joueur à faire un peu de leveling et donc, à farfouiller un peu plus l’univers et ses quêtes annexes, apportant au passage quelques éléments scénaristiques. D’ailleurs, l’indicateur de “complétion” du jeu est accessible en permanence (les fragments dont le nombre total de 160 est indiqué dès le départ). C’est un peu maladroit à mes yeux, même si sans réelle impact. De plus, il est possible d’éviter les combats (ce que j’ai fait dans le dernier donjon justement) donc on ne force vraiment pas la main au joueur. En ce qui concerne la diversité, le bestiaire n’est pas extrêmement développé mais est largement suffisant. Là ou le jeu pêche un peu est je pense dans ses environnement. Il n’y a pas des masses de lieux et on est obligé d’y revenir plusieurs fois (à diverses époques).

Dernier point à noter, quelques “énigmes” sous forme de mini-jeu sont dispersées au court de l’aventure, de quoi rompre une monotonie potentiellement lassante.

Presque le même

Je ne vais pas détailler le système de combat, c’est globalement le même que pour FF13, mais voici les différences que l’on note (et qui changent tout) :
- Gestion du leader : Si le personnage contrôlé meurt, on prend le contrôle de l’autre (couple Serah/Noel). Le jeu incorpore des plumes de phénix pour la résurrection.
- Attrapez les tous : Le troisième combattant de votre équipe est un monstre que vous aurez attrapé préalablement en combat (on peut quasiment attraper tous les monstres du jeu). Le rôle des monstres est fixe par contre et leur évolution limitée.
- Cristarium ouvert : Pas de bridage selon le chapitre du jeu et une simplification par un indicateur de niveau par rôle (max 99 pour chaque rôle).
- Bouge ton rôle : L’animation permettant de changer de stratégie (entre les 6 potentiellement paramétrables) est réduite. Cela dynamise les combats et les rendent moins “robotiques”.
- Points d’accessoire : La mauvaise idée du jeu rendant les accessoires complètement gadget. Les deux héros ont 4 slots d’accessoires et 100 points d’accessoire (au max). Vu les points requis pour les accessoires, ont en met 2-3 au départ et on y touche plus du jeu…
- Les QTE : il y a 5 QTE dans le jeu qui seront liés à des boss, pas très difficiles mais plutôt spectaculaires, une bonne façon d’en finir avec des gros monstres.

Dans l’ensemble, ce 13-2 me paraît être une bien meilleur expérience que le 13 en proposant un gameplay amélioré et semblant moins dirigiste et plus dynamique. J’ai malgré tout abusé des attaques automatiques, ce que je regrette. Mais j’ai, il est vrai, beaucoup plus jonglé avec les stratégies (d’où l’impression d’un dynamisme renforcé) tout en ayant l’impression que l’ensemble était plus rapide. Point d’attention, je trouve dommage de n’avoir que deux personnages jouable pour toute l’aventure. A noter que techniquement le jeu semble un peu en dessous du précédent (avec des ralentissements et des textures un peu moins fines) mais il reste assez beau.

Polémique du DLC

D’une manière générale, je me contrefiche des DLC d’un jeu. Mais dans notre cas précis, Squix a clairement annoncé un DLC qui contiendra une partie de l’histoire et concernant principalement Lightning (l’héroïne du 13 et la véritable héroïne du 13-2 si je puis me permettre).

Là où cela me gène c’est que j’ai vraiment l’impression de n’avoir pas acheté un jeu complet au prix d’un jeu complet et que je vais devoir débourser encore pour obtenir ce qui devrait déjà m’appartenir (le jeu se termine par un magnifique A SUIVRE).

On en reparlera quand ce fameux DLC sera disponible, en attendant, nous somme devant un jeu qui, de toute façon, propose une fin ne m’ayant pas satisfait (bien que je la trouve assez logique). Peut-être que ce futur DLC saura combler ce manque ?

Verdict

Ce 13-2 vous prendra autour des 40h pour le finir (en fouinant un peu) et environ le double pour vous faire un bon gros 100%. Je salue l’intelligence du système qui vous permettra de faire un 100% sur la même partie. Vous pourrez revenir où bon vous semble dans le jeu et expérimenter de nouveaux choix. Le concept du newgame + revu et actualisé par Squix, toutes les fins visibles en un seul run.

Il faut aussi admettre que vous aurez de quoi bien vous occuper en quêtes annexes et autres challenges. Au niveau du contenu, ce n’est pas si mal. Et puis on peut bien sûr compter sur les DLC pour prolonger un peu l’aventure. Voila, je n’ai pas trop apprécié le 13, j’ai plutôt apprécié le 13-2 mais ai été un peu déçu par certains aspects. Heureusement/malheureusement, cette histoire n’est pas encore terminée. Messieurs de chez Squix, il serait quand même temps d’en finir :)

Pour faire simple, FF13-2 c’est un très bon gameplay, de très bonnes musiques, un scénario pas mal mais un peu simplet, pas complètement traité et un casting un peu léger. Un jeu bien mais pas au top.


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?