aller à la navigation

Faery: Legends of Avalon - PS3 mars 6 2012

Infos : , rétrolien

Terminé il y a peu, voici un petit retour sur Faery: Legends of Avalon.

Ce jeu abrupt ne ménage pas le joueur. Après une rapide phase de création de personnage (sexe, visage, cheveux,etx..) vous l’incarnerez directement à son réveil de stase. On suivra le rapide tutoriel qui vous expliquera comment maneuvrer le/la féérique que vous aurez créé puis direction le Roi pour qu’il vous donne votre première mission (qui sera de trouver des compagnons).

Pour découvrir l’univers, vous n’aurez d’autre choix que de discuter avec les PNJs qui auront vite fait d’épuiser leurs différentes phrases répétitives. D’ailleurs, il n’est pas bien grand l’univers, 4 lieux en tout et pour tout pour une dizaine d’heures, grand maximum, de jeu. L’histoire de chacun sera brève et vite expédiée et les révélations ne seront pas légions (une seule à la fin du jeu et elle est très mal amené en plus d’être bof).

Vous aurez aussi très vite fait le tour de l’ambiance sonore. Le titre comporte moins de 10 musiques (comme dans un ascenseur…) qui ne sont pas mémorables. Aucun doublage lors du périple, ce qui laisse un grand vide assez déstabilisant, surtout quand la musique se fait discrète lors de dialogue peu intéressants. Attention, risque d’ennui pour les joueurs les plus nerveux !

En ce qui concerne l’univers graphique, c’est déjà mieux. Sans pour autant être capable d’attirer l’attention de FFXIII, on a un jeu propre et plutôt soigné. Artistiquement, le jeu est plutôt inspiré et colle bien à son thème : les féériques. Attention cependant, nous somme devant un monde englobant tous les féériques, pas seulement ceux de la mythologie celtique. Ou en tout cas, un monde qui aimerait le faire.

Car la population, en plus d’être restreinte, est très peu variée, je dirais même que les différents PNJ se partagent les quelques modèles de personnages implémentés par l’équipe de développement. Cela choque vraiment tellement on l’univers est restreint, on retombe très vite sur le même modèle à peine modifié. C’est encore pire que dans The Witcher…

Le tableau que je viens de décrire n’est pas très enchanteur. pourtant le jeu est sympathique. Car il est cohérent, comme je le disait plus haut, les féériques sont plutôt bien représentés (pour le peu que l’on rencontre). Et finalement, les musiques servent plutôt bien l’ambiance mélancolique du jeu. On arrivera même à s’attacher à un ou deux personnages avec un petit effort.

Mais l’ensemble poussera un joueur lambda à boucler le titre assez vite. Le jeu est loin de regorger de contenus annexe, seulement quelques quêtes. Et n’espérez pas trop faire de leveling, les ennemis ne reviennent pas. Pas de combats aléatoires ici. D’ailleurs, vous pourrez même éviter un certain nombre de combats. En effet, il y aura généralement deux moyens distincts de résoudre les quêtes de l’aventure principale, force brute ou finesse.

Les choix que vous ferez en terme de résolution de quêtes vont alors influencer votre karma (ou le concept le plus proche que l’équipe de développement du jeu voulait utiliser) qui se matérialisera dans le jeu par des petites fées translucides tournant en permanence autour de vous (je n’ai vu que des fées bleus car j’ai souvent opté pour le côté clair de la force mais nul doute que vous aurez des fées rouge si vous optez pour le côté obscure).

En outre, vous pourrez aussi passer un peu de temps à développer la relation de votre protagoniste avec ses acolytes en discutant avec eux ou en faisant des choix qui leurs correspondent lors des dialogues importants (il faut qu’ils soient dans l’équipe pour cela). Ils finiront même par vous faire des cadeaux si vous leur plaisez bien.

Tout ceci nous amène à la finalité du jeu. Clairement prévu pour être joué sur plusieurs épisodes, la suite se fait aujourd’hui encore attendre et le studio n’a toujours pas fait de nouvelles annonces. Dans l’idéal vos différents choix et affinités seraient répercutés dans les épisodes suivants. Dans la réalité, j’ai bien peur qu’il ne voit jamais le jour.

Alors comment réellement juger ce jeu ? Il n’est pas fini et ce que nous pouvons en voir est plutôt léger de nos jours même si prometteur. Je choisi pourtant de lui donner sa chance. Le plaisir de jeu est quand même au rendez-vous et j’ai plutôt envie de découvrir la suite de l’histoire et de voir si je serais capable de sauver encore une fois le (un) monde.

Car, finalement, n’ayez crainte, si vous êtes plutôt sensible au charme des fées, vous devriez passer un moment relativement agréable avec ce jeu. D’autant plus qu’il est assez plaisant à explorer, on naviguera gentiment avec notre féérique à travers les différents lieux tout en 3D (oui, un féérique vole et peut donc se mouvoir dans toutes les directions). J’ai sincèrement apprécié le côté ballade dans les cieux du jeu, certain paysages étant plutôt agréable à observer de haut. Dommage que les environnements soient si petits et que les limite soient fixés par des murs invisibles.

Pour les brutes, le côté castagne est plutôt décevant. Les combats sont assez lents, mous, et véritablement faciles. Vous aurez quand même la possibilité de customiser votre féérique à travers ses 5 pièces d’équipement différentes et les choix de skills (qui sont peu nombreux et peu différents). Mais vous n’aurez que peu ou pas d’emprise sur le développement de vos compagnons. Le tout sur un tour par tour plus que classique.

Ce jeu est finalement assez dispensable et je regrette que le côté épisodique semble ne pas avoir abouti, il représente ainsi une expérience incomplète qui partait avec quelques bonnes idées et, en tout cas, pas mal de bonnes intentions. Je ne peut qu’espérer que le studio Spiders réussisse à aller plus loin dans l’aventure RPG. D’autant plus que j’aurais bien aimé voir leur projet Mars aboutir. Allez, on les encourage !


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?