aller à la navigation

Valkyria Chronicles janvier 10 2012

Infos : , rétrolien

Je viens de retrouver ce début de billet dans mon blog et je me suis dis “Pourquoi ne pas finir de l’écrire avant d’oublier complètement ce jeu ?”. Puis juste après “Mais n’importe quoi, comment l’oublier ?”. Et hop, une petite bafouille est née !

Restons sereins, ce n’est quand même pas le messie du RPG, mais il pourrait s’approcher du messie du T-RPG. Comme l’on dit les chroniqueurs de ce site, ce jeu apporte pas mal au genre. Et on espère bien qu’il saura en inspirer plus d’un. Du moins, on l’espérait à la sortie du titre. Il y a bientôt 4 ans, il est resté un peu seul sur sa branche depuis. Et je le regrette…

Mais du coup, j’ai quand même eu un doute, n’y a-t-il vraiment aucun autre T-RPG qui utiliserai un système similaire ? J’ai farfouillé un peu le site et je suis tombé là-dessus. Un T-RPG exclu de la X360 en 3D, basé sur la seconde guerre mondiale ?! Du coup, j’ai regardé les screens… Ça colle pas mal en fait ! Et d’ailleurs, c’est un jeu que je possède.

Alors en rentrant un soir, je me suis motivé à l’essayer, histoire d’être sûr (et en plus, ce jeu est sorti avant Valkyria au Japon), et bien je n’ai pas été déçu, il n’a absolument rien à voir avec Valkyria en terme de gameplay. Operation Darkness est un pure T-RPG à l’ancienne, chacun bouge et agit à son tour, par de surprise donc.

Bref, revenons à Valkyria, que dire de plus que ce qui a déjà été dit ici ? C’est un T-RPG, mais pas n’importe lequel. Sa force est surtout concentrée dans son gameplay mais aussi dans sa technique. Au niveau scénar, je n’ai pas été déçu, il a un peu de tout et de quoi satisfaire tout le monde. J’ai malgré tout trouvé que le background était un peu gâché par le déluge de bons sentiments et de personnages tout mignons. Le côté sombre du jeu aurait mérité d’être un peu plus approfondi et un peu moins atténué. Et surtout, le cadre n’est pas spécialement novateur (une guerre inspirée de la seconde guerre mondial dans un univers imaginaire et quelque peu fantastique).

Visuellement, le jeu est sympathique, je salut la maîtrise de la technique (car le rendu est quand même chouette) mais je n’ai pas été subjugué par l’ensemble (je l’aurais préféré en 1080p). Je concède malgré tout que j’ai passé un certain temps à cadrer sous les jupes des filles, faut dire qu’elles prennent des positions assez… Hem, passons. Avec le gameplay, on touche quelque chose de fort. Pour moi c’est un peu du jamais-vu.

On sais tous plus ou moins à quoi s’attendre avec les T-RPG, même si on y a jamais joué. En général on va diriger nos unités une par une pour poutrer un adversaire immobile tant que ce n’est pas son tour. Il y a deux “courants” distincts. Celui qui me semble le plus naturel, ou chaque unité est indépendante et va agire plus ou moins vite suivant une stat chiffrée propre et la seconde plus orientée mouvement d’armée ou on alterne les tours entre joueur/computer et où l’on doit déplacer toutes nos unités.

Valkyria est de la seconde catégorie, on alterne les tours joueur/computer mais nuance les déplacements/actions des unités par des points de commandement. Bref, on ne pourra généralement pas bouger tout le monde mais il sera possible d’utiliser la même unité plusieurs fois. Et c’est surtout quand on déplace sa première unité que le système surprend voir vous agresse…

Je prends en main mon premier scout et m’avance vers une unité adverse, désireux de la démonter en full-frontal. Déjà, je remarque une espèce de jauge bizarre qui sépuise doucement lorsque je déplace le scout. Peu importe me dis-je ! Ensuite, alors que j’arrive à proximité de l’unité adverse, elle commence canarder mon scout !! Quoi ? Mais c’est MON TOUR !!! Je panique, je regarde autour, je contourne un arbre pour me mettre à couvert et BOUM, une fucking mine explose mon scout…

Hem, voila en gros le point important du jeu, les unités ne sont pas complètement passives lors du tour adverse, elles useront et abuseront du tir de barrage, c’est la guerre, on va pas laisser passer le premier venu non plus. Ajouter à ça une gestion des déplacement assez particulière ou l’erreur n’est que peu pardonnée. On ne peut pas annuler son action en cours de route et une fois la barre d’endurance épuisée, il est impossible d’aller plus loin. Et enfin, il y a les mines…

Dans ce jeu, il sera aussi important d’être discret et attentif que de se mettre à couvert si l’on ne souhaite pas perdre nos unités trop rapidement. Car il est toujours possible de se prendre un headshot fatal. Quand une unité est à terre, elle ne disparait pas forcément définitivement. En fait, si vous atteignez une unité alliée tombée à terre, une infirmière l’évacuera sur le champs. Si c’est l’adversaire qui l’atteint, vous pourrez dire adieu à votre personnage.

Les différents type d’unités sont aussi très variées, se jouent complètement différement et sont surtout TOUTES utiles et nécessaires. On va utiliser les sniper pour tenter des headshot de déglingos à travers toute la map. Ce qui permettra de dégager le passages pour les scouts qui en profiteront pour repérer les unités adverses préalablement masquées. Il ne restera plus qu’à la piétaille d’aller les pulvériser d’une bonne rafale, une fois que les ingénieurs auront déminé un peu le terrain pendant que les lanciers élimineront les menaces blindées.

Dans Valkyria, on dirige une armée et, à ce titre, les unités n’évoluent pas individuellement. On pourra, après chaque combat, utiliser les points d’expérience acquis pour entrainer une classe particulière dans son intégralité (tous les scouts d’un coup !) et utiliser les revenus obtenus (la solde des soldats ?) afin d’aider à l’effort de guerre en développant des nouvelles technologies (amélioration des armes).

J’ai mentionné les menaces blindées plus haut, je parlait des différents tanks et autres bunkers. Car vous devrez aussi y faire face. Mais vous aurez vous-même un petit tanks pour faire mumuse, rassurez-vous. Tout ceci pour dire que le système est vraiment riche, bien construit et assez novateur. Et surtout, particulièrement jouissif. On se prendra même à tenter des headshot à la roquette par derrière sur les troupes adverses. Mais attention, le jeu sais être difficile, certaines missions sont assez cauchemardesques. Sans trouver LA stratégie, il sera difficile de les passer.

Donc, en gros, c’est un jeu que j’ai pris énormément de plaisir à faire, c’est pour moi un espèce d’aboutissement du T-RPG. Il a quand même quelques failles. On peut, par exemple, abuser de la sauvegarde pour recharger sa partie jusqu’à ce que le coup que l’on cherche à faire fasse mouche, ce qui réduit grandement la difficulté.

Une bonne expérience stratégique ou j’ai pu passer de très longs et bons moments. Une vrai chef d’oeuvre sur PS3, surtout, ne ratez pas ce jeu ! Je sais que j’ai 4 ans de retard mais il n’est jamais trop tard, foncez !


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?